Est-elle vraiment Parisienne ? Par Frédéric Bargeon


Blonde Vendée

Blonde Vendée

« Blonde. »

Des blondes. Vous en connaissez forcément. Chevelures dorées comme un champ de blé. Les blondes. Tignasses  propres et bien lissées  parfois javellisées à l’extrême. Jaune paille. Jaune blanc. Jaune pisseux. Jaune éclatant.

« Elle est blonde. »

Ces femmes sont partout. Elles sont naturelles ou artificielles. Un peu des deux à la fois. Un peu comme tout le monde. Les blondes ont, souvent, ce petit quelque chose en plus. Ou en moins. Selon le point de vue de celui qui les regarde passer. Un quelque chose de sophistiqué qui les rend un brin édulcorées. Vous les regardez inévitablement du coin de l’œil. Femmes plastiques. Femmes esthétiques. Femmes élastiques.  Femmes extatiques. Femmes frénétiques.

Elle aussi est blonde. Et elle est un peu tout ça à la fois.

Femmes magnétiques. Les blondes. Un peu lointaines, un peu sincères, un peu sûres d’elles. Les hommes s’amusent à les traiter de bécasses et les reluquent pourtant  d’un œil lubrique. Elles exhibent leur coupe parfaite et se dandinent sur leurs talons. Au gré de leurs humeurs. Nonchalantes et vaporeuses. Assurément libres. Je suis certain qu’ils vous arrivent de les envier.

Elle est blonde, elle aussi.

Et se fiche de ce que les autres pensent. Les jugements, elle s’en balance. Car, ici, je veux parler d’une blonde en particulier. Une blonde que je connais personnellement. Etonnante et distante. Joyeuse et mélancolique. Douce et spirituelle. Amoureuse et indépendante. Curieuse et obsessionnelle. Nocturne et cultivée. Maladroite et inconsciente.

Elle est blonde…

QuaideValmy…et elle se marre quand elle écoute les quolibets sur les blondes, ces sobriquets populaires un poil graveleux qui la laissent de marbre ou la font rire aux éclats. Et cette blonde, vous étreint le cœur quand sa gorge déployée, annonce son rire. Une cascade d’eau scintillante. Rire de cristal. Eclatant et précieux. Sincère. Alors vous êtes inondés par une mutine félicité qui se déverse dans vos oreilles et remplit votre corps tout entier.

 

MP la niut. Bar amsterdam

MP la nuit. Bar amsterdam

Cette blonde, c’est une marque de fabrique à elle toute seule. Et ce qui est encore le plus ébouriffant, c’est qu’elle ne se rend même pas compte qu’elle est une icône. Oui, une icône. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui la surnomment « L’icône du Haut Marais ». Et pas seulement la communauté gay. Même si nombre de ses amis et relations sont des homos comme elle dit. Malicieuse. Gracieuse. Et le Marais, et bien évidemment la ville de Paris, lui collent à la peau. Elle se déhanche telle une diva dans ses ruelles et ses boulevards. Elle s’émerveille à tout bout de champ. Saisissant le moindre prétexte pour entrer dans une galerie, dénicher un petit lieu au fond d’une cour. C’est une aventurière, une chercheuse de pépites citadines. Et cette diva est abordable, toujours bien sapée, et ne se la pète jamais de trop. Elle chante faux et danse avec ferveur. Elle joue parfois à la grande dame juste par jeu. Le secret de sa bonne humeur est inviolable. Ils la veulent tous auprès d’elle. Sauf les jaloux et surtout les envieuses. Quoi que ?!

Son emploi du temps est celui d’une première dame pourtant personne ne lui connaît de métier. Elle papillonne et fait des tentatives. On dirait une abeille. Elle vogue d’évènements en soirées, de restaurants en vadrouilles culturelles, butine  et se remplit d’émotions et de sensations. Elle aime vibrer ainsi se sent-elle complètement en vie. Ce qui se passe dans sa solitude – car il semble qu’elle soit une célibataire endurcie en quête selon les mauvaises langues d’un prince charmant qui n’existerait pas – quand elle s’enferme dans l’antre de son chez elle, personne ne le sait. Elle est exigeante et intraitable sur les questions philosophiques du bonheur. Peut être s’effondre-elle, dès qu’elle ferme le verrou de son nid ?

 

Elle rêve d’escapades hors de Paris et s’en organise quelques unes. Au gré du vent. Au fil des rencontres. Sous ses nippes de créateurs, elle n’en reste pas moins une bohème. Elle est hors norme. Hors cadre. Elle trouble les repères et ne peut être classée dans une case sociale. Selon un intime, un de ses plus fiables amis, cette blonde sophistiquée et rieuse, n’aspire qu’à une seule chose : l’harmonie dans le monde. Un peu enfantin me direz-vous ? Et alors ?

 

Cours Alsace et Lorraine. Bordeaus

Cours Alsace et Lorraine. Bordeaux

Elle est parisienne par adoption. On lui connaît des origines bordelaises mais comme elle aime brouiller les pistes sur tout ce qui concerne sa vie privée, il est préférable d’en douter. Certains l’ont vu au fin fond de campagnes vertes comme la chlorophylle, juchée sur des tennis à talons compensés, entrain de désherber un jardin. D’autres l’ont aperçue, vêtue d’un bikini sexy, sur des plages lointaines. Y a même un gars, journaliste, qui l’aurait surprise dans un village africain, entrain de donner des cours à une kyrielle d’enfants. Un affabulateur ? Quoi que, elle est souvent là où personne ne l’attend ! Elle est comme ça, cette blonde, à la fois très citadine et en vadrouilles incessantes.

Parfois, elle disparaît de la capitale, sans prévenir. Tout le monde la cherche et son portable est sur répondeur. Elle est libre. Idéaliste. Certainement mélancolique. Peut être même désabusée. Elle est humaniste et se nourrit de tout ce que la Terre peut lui offrir. Elle s’accroche à ses rêves. On ne les connaît pas tous.

Elle est blonde et elle se prénomme Marie-Poupette Danlasoy. MP pour les intimes. Si un jour vous croisez son chemin, ne la jugez pas trop vite. C’est une blonde pas comme les autres qui vous emportera dans son tourbillon de vie…

Paris. Saint-Ambroise. 11è

Paris. Saint-Ambroise. 11è

Texte : Frédéric Bargeon

Photos : Nathalie Tiennot

Les peintures de Frédéric Bargeon en photos : en cliquant ici 

Blog peinture de Frédéric Bargeon: en cliquant ic

Blog d’écrits de Frédéric Bargeon: en cliquant ici  

MP par Nathalie Tiennot, http://nathalietiennot.blogspot.fr/

 

2 réflexions sur “Est-elle vraiment Parisienne ? Par Frédéric Bargeon

  1. Fred, tu l’as vraiment bien cerné cette blonde avec ta délicatesse, ta sensibilité! Très beau texte!
    Nathalie, tes photos sont toujours aussi magiques…mais ne serait-ce pas le regard d’une blonde derrière l’objectif?!
    Félicitations à tous les deux! Ce n’est que du bonheur!!
    Christine.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s